L’ISDND (Installation de Stockage de Déchets Non Dangereux) représente une superficie de 23 ha. Son exploitation a commencé au début des années 90, pour se terminer en septembre 2019.

Le SICTOM Nord Allier a délégué son exploitation depuis sa mise en service à une société privée, GASEO.

Les casiers

Divisée en alvéoles puis en casiers d’une capacité d’enfouissement plus ou moins grande, l’ISDND était un site sur lequel des trous étaient creusés (12 m de profondeur), dans lesquels des drains de récupération des liquides étaient installés et recouverts de géotextiles, géomembranes, etc. afin d’assurer une protection optimale des sols. Les déchets pouvaient ainsi y être déposés jusqu’à 11 m au-dessus du niveau du sol.

Les ordures ménagères dites ultimes, c’est-à-dire non valorisables, étaient alors déposées dans ces casiers puis compactées à l’aide d’un compacteur à pieds de mouton, limitant ainsi les envols et permettant aussi de tasser les déchets.

Pieds de mouton ISDND

Les lixiviats

Une fois le casier plein, il était recouvert d’argile et de terre pour permettre à la végétation de reprendre le dessus et aussi limiter les infiltrations.

Des drains de récupération ont été installés à la fois pour les lixiviats (jus de décomposition des déchets) et les eaux de pluie. Ces liquides sont dirigés vers 2 bassins de rétention. Les lixiviats sont analysés avant d’être acheminés par un réseau souterrain vers la station d’épuration d’Avermes. Les eaux de pluie rejoignent le milieu naturel après vérification de la qualité et filtration.

Récupération du méthane

Depuis 2014, deux moteurs transforment le méthane issu de la décomposition des déchets, enfouis, en électricité revendue à ERDF. La chaleur dégagée par les moteurs sert à chauffer les bureaux et l’eau des sanitaires du SICTOM Nord Allier et depuis 2019 ceux du centre de tri départemental, implanté sur le site de Chézy mais géré par Allier Tri, propriétaire.

L'exploitation de l'ISDND au SICTOM Nord Allier

En septembre 2019, l’exploitation de l’ISDND s'est terminée. La loi préconise la fin de l’enfouissement à hauteur de 50 % des sites existants, c’est pourquoi le site de Chézy n’est plus autorisé à enfouir.

Le SICTOM Nord Allier a une obligation de suivi post-exploitation de 30 ans.

Le SICTOM Nord Allier a réfléchi à une suite d’exploitation possible de ce site. En juillet 2019, une centrale photovoltaïque s’est installée afin de produire de l’électricité. Ce projet est porté par la société Photosol : www.photosol.fr